A quoi sert une chaussure dite de décharge ?

Au fil des années, les pieds peuvent subir de nombreuses déformations au niveau tissulaire, articulaire ou anatomique. Parmi celles-ci, l’hallux valgus orteils est la pathologie la plus courante. Cette maladie nécessite une intervention chirurgicale. À l’issue de cette dernière, il est indispensable de porter des équipements particuliers permettant de remettre en état cette anatomie du corps. L’on fait ici référence à la chaussure de décharge dite Chaussure Thérapeutique à Usage Temporaire (CHUT), utilisée principalement pour la protection du pied opéré ou blessé. Il existe de nombreux modèles de chaussures de décharge pouvant soulager la partie avant ou arrière du pied.

Chaussure de décharge : rôle et utilité

La chaussure de décharge est un matériel post-opératoire prescrit par un médecin ou un chirurgien pour vous aider à vous déplacer facilement. Elle maintient la locomotion précoce et protège de manière optimale la structure interne et externe de votre pied, ce dernier qui reste encore fragile suite à l’opération chirurgicale. En outre, la CHUT favorise aussi l’absorption de l’œdème tout en limitant la période de réadaptation et l’immobilité sur un fauteuil roulant. Comme le barouk type, il s’agit d’un bottillon ouvert large qui vous permet de mettre votre pied à l’aise au chausser. En effet, cet accessoire médical peut s’adapter à différents types de pansement après l’intervention chirurgicale. Sa fermeture rapide et simple de type auto-agrippante facilite entre autres une adaptation, ainsi qu’une application parfaite de la chaussure à votre pied blessé ou opéré. Par ailleurs, la chaussure de décharge est aussi recommandée par un orthopédiste dans le but ultime de protéger les compositions articulaires et péri-articulaires du pied. Le médecin peut vous conseiller de la porter après l’opération du syndrome de Morton Œdèmes, après avoir traité les plaies de l’avant-pied, rendant difficile le chaussage, etc. De surcroît, la présence de la pathologie Hallux Valgus exige aussi le port de la chaussure après l’intervention chirurgicale.

Chaussure de décharge pour l’avant-pied

Pour décharger l’avant-pied après l’opération, la semelle de la chaussure est spécialement conçue pour réduire la pression se trouvant à l’avant de votre pied. Dans ce sens, la semelle courte est recommandée en cas d’inflammatoire, d’infection, de douleur ou d’œdème interdisant l’appui sur l’avant-pied pendant une période indéterminée. Si vous avez le mal perforant plantaire, caractérisé généralement par l’ulcère de la face plantaire, la chaussure de décharge pour l’avant-pied permet de cicatriser davantage la blessure, à condition que vous la portiez chaque fois que vous posez votre pied à terre. En outre, ce modèle de chaussure vous donne également la possibilité de marcher sans l’utilisation d’une canne. Cela est en effet rendu possible grâce à la simplicité de chaussage. Concernant ses caractéristiques, la chaussure décharge pied avant dispose d’un bloc talonnière en flexion dorsale de 10 °, ainsi qu’un talon arrondi pour une marche confortable et sécurisée. Elle possède également une semelle longue ou courte avec des rebords intérieurs dépourvus de couture afin d’éviter les zones à décharger. De cette manière, la chaussure s’ouvre totalement pour faciliter le chaussage.

Chaussure de décharge de l’arrière-pied

Pour pouvoir marcher, peu importe le type d’opération du pied que vous aviez subie, l’appui talonnier doit par-dessus tout être stable afin de maintenir la marche. Le système de mise en décharge du talon est donc particulièrement difficile. Raison principale pour laquelle votre médecin vous préconise de porter une chaussure de décharge de l’arrière-pied pour décharger rapidement la plante talonnier. La configuration de la chaussure est étudiée soigneusement, de manière à ce qu’elle permette d’éviter le contact du talon avec le sol ou encore avec la chaussure, et notamment pour réduire la charge à l’arrière du pied. Les indications et les caractéristiques de la chaussure de décharge du talon sont similaires à la chaussure post-opératoire pour l’avant du pied. Dans ce sens, elle offre aussi une ouverture intégrale de la chaussure afin de faciliter le chaussage dans les cas d’ulcères talonnières, de plaies, de bursites, d’escarre ou encore de brûlure du talon. L’ajustement de la chaussure se fait alors par orthèses walker bandages auto-agrippantes. Toutefois, la partie intérieure est dépourvue de couture pour éviter les zones de charge à l’arrière pied. Cela dit, la CHUT de l’arrière du pied est idéale si vous êtes victime d’une fracture, d’une fissure du calcanéum ou bien d’une rhumatoïde douloureuse de l’arrière-pied. Quelques jours après l’opération, vous pourrez aisément marcher avec une chaussure décharge talon. Cependant, sa durée d’usage ne doit pas être sur le long terme. En effet, à force d’être utilisée en permanence, la chaussure peut causer une déformation au niveau du pied. Quoi qu’il en soit, pendant la période de chaussage, il vous est conseillé de ne vous déplacer, sauf en cas de nécessité. Les courses, la conduite automobile et le ménage à la maison sont formellement déconseillés. Après un mois, lorsque l’œdème aura totalement disparu et que les pansements seront retirés, vous pourrez remarcher avec vos chaussures ordinaires.

La chaussure de confort

Certaines maladies neurologiques, vasculaires, métaboliques ou traumatiques nécessitent généralement l’utilisation d’une chaussure de décharge. Hormis les chaussures post-opératoires arrière ou avant, il existe également des bottillons thérapeutiques confortables, légers, vous offrant un espace de chaussage de l’avant volumineux par rapport à des souliers classiques. À ce propos, ces chaussures orthopédiques sont modulables, réglables et thermorégulatrices pour garantir un meilleur confort de chaussage. En général, elles interviennent entre la bottine post-opératoire et la chaussure ordinaire, autrement dit le temps qu’il faut pour que votre pied puisse se dégonfler et se cicatriser complètement. Ces modèles de chaussure confort peuvent également être utilisés au cas où vous avez des problèmes au niveau de l’avant-pied, à l’exemple de l’inflammation, de l’œdème, de la déformation ou encore du pansement. Cela dit, pour connaître le type de chaussure de confort convenable à votre situation orthopédique, il convient de demander conseil auprès d’un orthopédiste professionnel. Ce dernier pourra vous prescrire la chaussure de décharge idéale répondant à votre souhait de marcher convenablement.

La chaussure pour plâtre

La chaussure pour plâtre est également catégorisée dans la grande famille des chaussures post-opératoire ou chaussures de décharge. Elle est recommandée par un orthopédiste après un acte opératoire ou après avoir subi un traitement traumatologique. Dans cette optique, elle est utilisée à la place d’une chaussure ordinaire afin d’empêcher le plâtre de se détériorer, afin de faciliter la marche et notamment pour protéger votre pied de toutes formes de chocs. Pour faire simple, la chaussure pour plâtre est spécialement conçue pour protéger le pied victime d’une blessure ou d’une opération chirurgicale. Suivant le type de blessures et de pathologie sur votre pied, le choix de la chaussure dépend aussi du besoin de décharge à l’arrière ou à l’avant du pied. Certes, la décharge qu’il faut pour atténuer les pressions. Elle fait partie intégrante de la démarche médicale pour un rétablissement complet. En effet, l’utilisation de la chaussure thérapeutique pour plâtre est indispensable avant le chaussage normal. Comme les autres modèles de chaussures, elle dispose aussi d’un système d’utilisation facile et confortable. Son ouverture large et intégrale vous permet de l’enfiler simplement sans mobiliser le plâtre. De plus, le volume chaussant pied est modulable en fonction de la taille du plâtre. Toutefois, il est recommandé de demander à votre orthopédiste la durée exacte de chaussage afin d’éviter tout problème de malformation au niveau du pied. Effectivement, la chaussure de décharge, peu importe le modèle, doit être uniquement portée pendant une période post-opératoire bien déterminée.